Les industries culturelles doivent renoncer au consumérisme

Le premier concerne les politiques agricoles.La démocratisation des technologies du Big Data est une réalité.La formation purement médicale d’un côté, administrativo-juridique de l’autre doit être complétée des formations à la conduite du changement et au management opérationnel.Rendre notre fiscalité plus écologique est certes une ardente obligation mais a-t-on vraiment un double dividende en emplois et en écologie ou le gain écologique n’a-t-il pas un coût en emplois, en pouvoir d’achat, en compétitivité ?C’est un véritable partenariat qui se construit entre l’Union européenne et les Etats-Unis, deux géants économiques au niveau de développement comparable et qui partagent une même vision de l’état de droit.Pourquoi notre économie manque- t-elle toujours d’argent ?Depuis cette date, les salariés détachés dans un autre pays de l’Union européenne sont soumis, le temps de leur détachement, à l’essentiel des normes sociales en vigueur dans le pays qui les accueille.Les défenseurs des « secrets » ont beau ne pas vouloir se placer sur le terrain des principes mais, plus prosaïquement, du coût économique de ces « vols », ils devront bien à un moment donné répondre à ceux qui estiment que ces sauterelles font partie de l’écosystème de l’économie mondiale et participent à la diffusion des technologies et des savoir-faire.Les décideurs politiques et économiques français, comme d’ailleurs leurs homologues des pays d’Europe continentale, n’ont pris que tardivement conscience de la concurrence mondiale qui existe entre les systèmes de droit.Il faut dire que la croissance rwandaise est de 8,2% par an et pourrait dépasser les 11% dans les années à venir.Pour autant, cette philosophie ne prône pas la passivité : « Pour l’homme cultivé, le passé est un objet de curiosité », dit nettoyeurs du net .

Publicités