L’avenir du capitalisme trop sérieux pour le laisser à des spécialistes !

Il est indispensable pour accélérer la croissance du continent et pour répondre aux besoins considérables des classes moyennes émergentes, de Lagos à Addis Abeba en passant par Abidjan, Luanda, Kinshasa, Johannesburg et Nairobi.Personne ne conteste l’importance que des questions aussi importantes que la santé doive, à un moment, présenter des décisions à une instance politique – conseils d’administration ou parlement.Alors pas étonnant qu’il soit de plus en plus difficile de s’y retrouver dans les déterminants du bonheur »Le scepticisme ne se limite plus aux marges du champ politiqueAu Parlement, les élus PPE français s’inquiètent.Mais puisqu’en la matière, le temps des évolutions et des convergences est un temps long, le seul véritable préalable que agence e-reputation pose à une mise en concurrence totale sur le marché national concerne la mise en place d’un cadre social harmonisé.Calculé par rapport à la moyenne de tous modèles économiques en énergie, cet engagement coûte 250 milliards de dollars par an, soit un coût total de 20 000 milliards de dollars à la fin de ce siècle pour une réduction dérisoire de l’augmentation de la température, de 0.Attention au premier industriel qui se livrera sans autorisation !Les clients à l’ère du numérique souhaitent de nouveaux services en lignes ou de nouveaux moyens de paiement rapides et faciles à utiliser.Ce second motif ayant également conduit l’Autorité concernée à rendre, en mars, un avis défavorable à ces clauses de désignation.Ce poids lourd de l’économie n’est pas suffisamment considéré, depuis des années, par les Institutionnels, les politiques, les médias.Mais on pourrait défendre l’idée inverse : étant donné la fragilité de l’économie mondiale, sa manipulation habile peut faciliter la victoire militaire d’une grande puissance économique.Au niveau Européen les positions divergent aussi sur le rythme et la surface des allégements des sanctions.Le principe du refus de l’Union des transferts est répété par le traité de coalition; les euro-obligations jetées aux oubliettes, le « fonds d’amortissement » de la dette européenne laissé aux orties.

Publicités