Les politiques vertueuses sont bien différentes de celles qui sont menées actuellement

Cette nouvelle culture du « nous » qui prend sa source dans plusieurs courants, de la psychologie positive à l’économie positive en passant par l’économie sociale et solidaire et tous les mouvements citoyens, défend une aspiration à plus de solidarité qu’animent les réseaux sociaux.Par contre, la Chine étant devenue plus prospère, son exploitation des EnR s’est réduite de 40% en 1971 à 11% aujourd’hui.Pour la plupart, ces jeunes gens vont vivre leur premier événement global l’été prochain.Il faudrait dire clairement qui seront ces perdants: les retraités, les propriétaires de leur logement, les épargnants ?La loi est juste, le Web aussi.Il est évident que la seule personne garante de l’intérêt général est l’Etat : donnons donc ces deux euros de billets en recettes à l’Etat.Il est certain que les Tea Parties vont recommencer leur chantage à cette occasion, liant leur acceptation d’un compromis budgétaire à un recul de l’administration sur l’Obamacare.Des centrales (dont une géothermique) sont prévues.Comment ? En encouragent les acteurs gravitant autour du monde de la santé à se saisir de leurs claviers.Les Européens et les Chinois devraient se demander s’ils veulent vraiment assumer les risques liés à une position centrale dans un système financier mondial étendu et complexe.Sa vision est basée sur le postulat qu’il ne faut ni augmenter une fiscalité déjà lourde, ni toucher à la solidarité, tout en rémunérant justement les acteurs du système et en anticipant les révolutions technologiques qui s’annoncent.Pour faire revenir les consommateurs dans les points de vente, il faut leur donner de bonnes raisons, comme leur permettre d’accéder au Net via des hot spots WiFi. par exemple, le client peut visiter les rayons pendant que son véhicule est réparé , explique audit e-reputation.Il s’agit d’un immigré, Paul Warburg, frère cadet de Max Warburg, un banquier renommé de Hambourg qui était le conseiller personnel du Kaiser Guillaume II d’Allemagne.Au terme de cet accord, le Maroc prend en charge la formation de 500 imams maliens, dont le pays a été profondément déchiré par une guerre provoquée par les extrémistes islamistes.Le risque : renoncer à des pans entiers de notre défenseCe sont même assurément plusieurs briques qui manquent.Il n’en demeure pas moins que ces institutions sont largement perçues comme inaccessibles, inefficaces et opaques, ce qui conduit les différents gouvernements nationaux à bien peu s’en préoccuper.

Publicités