Comme un parfum de déjà vu

La France n’est pas historiquement davantage « socialiste », ni rétive au capitalisme, que l’Allemagne.Quand le commissaire européen Michel Barnier a entrepris une réforme du texte en 2011, un de ses principaux objectifs était de ramener à la lumière une partie de ces ordres passés « dans le noir ».Aussi, en dépit des efforts de désendettement, l’héritage des erreurs du passé pèse-t-il encore lourdement sur l’économie de ces pays.C’est loin d’être le cas.Austérité qui a donc embarqué ce pays dans une spirale infernale où la croissance rétrécit comme une peau de chagrin année après année et où le fardeau de l’endettement s’aggrave, lui, année après année.Ce n’est qu’à cette condition qu’elle pourra rivaliser avec les Etats-Unis et d’autres pays d’Europe.La rigueur, l’assainissement ne sauraient être une fin en soi.Il ne faut donc pas s’étonner que, les braises n’ayant pas été noyées ou au moins cantonnées, l’incendie puisse reprendre à tout instant.Selon les pays, jusqu’à 40% des revenus d’un ménage peut provenir des transferts internationaux.Si certains produits parviennent à s’exporter, comme le Kibot2 de Korea Telecom, qui a été lancé sur le marché saoudien en juin dernier, les ventes restent insuffisantes pour rentabiliser les premiers investissements consentis.Car, en réalité, elles ne peuvent plus aujourd’hui compter que sur la formation de bulles spéculatives, dès lors seules susceptibles de relancer l’économie.Jean-Thomas Trojani saisi cette opportunité.Il est donc urgent de reconnaître le risque de déflation qui pèse sur l’Europe et d’envisager des mesures supplémentaires pour l’éviter.Celle loi-ci tire les enseignements de la situation des finances publiques.Notre environnement de travail, désormais tout numérique, n’a pratiquement plus rien en commun avec celui d’il y a sept ou huit ans, lorsque la plupart des entreprises commençait à développer leur politique environnementale. La clé ouvrant cette porte là étant la confiance, une denrée qui se fait trop rare dans les organisations.Fixation des péages (par exemple, maintien des péages fret à un bas niveau pour favoriser ce mode de transport), contribution financière à l’équilibre des dessertes conventionnées.

Publicités