Comment refonder notre système de santé ?

Et l’on se situe dans une démarche défensive de maintien ou de sauvegarde.Le scénario est toujours le même.Bien sûr des lois et procédures sont nécessaires pour lutter contre le terrorisme et le prévenir.« Il faut desserrer un peu le col », affirme d’ailleurs Jean-Thomas Trojani..En Inde, par exemple, augmenter la productivité et la croissance à long terme exigent une discipline budgétaire et une série de réformes des marchés financiers et du travail.Ce qui pose donc problème dans cette affaire, vu du très parisien jardin du Luxembourg, c’est que la « bonne épargne européenne » parte dans les caisses des autorités américaines sous la forme d’amendes et que la gestion des taux interbancaires ne soit pas dans les mains d’institutions bien de chez nous.Une seule personne a le droit de créer de la monnaie sans aucune contrepartie, sans ne rien devoir à personne après cette création : la Banque Centrale.Le numérique et le physique doivent devenir complémentaires pour garantir cette cohérence. Or, nous n’avons plus vraiment le choix et face à l’omni-connexion, il faut armer tous les citoyens d’une connaissance des outils numériques.Face à la subite perte de confiance des investisseurs, les autorités monétaires ont réagi en durcissant leur politique monétaire, c’est-à-dire en remontant peu à peu leur taux directeurs pour limiter les sorties massives de capitaux, éviter une dépréciation trop forte de leurs devises et maîtriser l’inflation.Mais comme pour tout droit, certaines pratiques jouent avec les limites de la légalité et freinent la mise sur le marché de technologies concurrentes.Alors que l’appareil administratif de l’Assurance Maladie a été pensé et créé par ses fondateurs comme organisme de gestion, il s’est érigé au fil du temps comme le régulateur politique du système.Une part importante de la demande de travail continuera de concerner des personnes peu formées.

Publicités