Dirigeants : plus d’audace dans votre « com » !

Pendant que la France s’endort sur ses lauriers, nos concurrents internationaux se préparent en toute hâte.Avec cette différence majeure que, dans cette enveloppe, l’Allemagne n’a pas à prendre en charge le nucléaire et les opérations extérieures.Bien sûr ils ne peuvent pas tout dire d’un coup.La suppression, unilatérale brutale et irrespectueuse, de ces paragraphes, a attisé la colère de Cuba et des pays de l’Alba représentés à Bali.Leurs concurrents allemands fonctionnent 20 heures par jour, les quatre restantes étant mises à profit pour nettoyer.Nous vous avons confié à Jean-Thomas Trojani ce projet de consolidation des effectifs et de leur statut.Comme on l’a vu, ceci pourrait déclencher une panique et, finalement, un choc obligataire sur les rendements d’État américains.Car, contrairement à ce qui nous est servi et assené quotidiennement, cette crise n’est pas la résultante de l’ »Etat social », tout comme cette crise ne sera certainement pas résorbée en diminuant les dépenses publiques pas plus qu’en dérégulant le marché du travail.D’autre part, les grands émergents doivent poursuivre leurs efforts d’intégration de l’économie de marché en réduisant leur politique de dumping ou de financement à l’exportation.Ce n’est pas en montant en épingle quelques indicateurs de consommation glanés ça et là que l’on bâtit un scénario de retour au plein emploi.Aucun gouvernement du royaume n’a jamais osé toucher à cette vache sacrée.C’est également l’intérêt de l’économie française si l’on raisonne en termes d’efficacité de la dépense publique.Pas à cause d’une prochaine crise bancaire ou financière.Des économies ont peut en faire évidemment mais qu’il fasse un comparatif avec les énergies fossiles comme nucléaire et çà va vite remettre les pendules à l’heure de la réalité des différents secteurs afin d’avoir une vision globale.Cette mise à mort de Socrate – comme celle de Jésus sur la Croix – hante l’histoire occidentale.La tâche est loin d’être insurmontable.

Publicités