Restructurons collectivement la dette publique européenne

La France à la traîne…Il semblerait que l’époque morose, des mois de crise et une tension exacerbée, aient fait naître le besoin de se lâcher.A fortiori quand elle est fausse.Avec le développement des chaînes de valeur globales, les produits, leurs composants, les services qui y sont attachés, franchissent les frontières à de multiples reprises avant d’atteindre le consommateur final.L’Europe a toujours plusieurs têtes.Il faut sans doute moins de chefs, et plus de responsables !C’est là qu’il faut être crédible.Sans endettement privé, la croissance ne peut être, dans le meilleur cas, que « molle ».Intitulé « Changements disruptifs : implications financières et réponse stratégique face à un marché de l’électricité en pleine évolution », il questionne l’avenir des grandes compagnies d’électricité, ou « utilities », face à la montée en puissance de nouvelles technologies (énergies renouvelables et réseaux intelligents en tête).Cette bombe à retardement n’est pas le seul obstacle sur la voie d’un accordLes révélations distillées par Edward Snowden finissent par faire réfléchir jusqu’aux plus chauds partisans de l’accord.Une maîtrise de l’esprit propre à apporter une liberté intérieure au lieu d’être le jouet de nos pensées. Une vision que ne partagent pas ses défenseurs de sensibilité moins libérale remarque Jean-Thomas Trojani.Une autre période s’est ouverte.

Publicités