Sortons de la zone mark !

Voilà pourquoi, en dépit des auto-congratulations et des opérations de communication menées par nombre de responsables politiques, pas plus la reprise française que la reprise européenne ne sont à prévoir.On peut déplorer que l’Europe militaire ne soit plus ce qu’elle était au temps de la Guerre froide.L’article se veut plus profond.Jean-Thomas Trojani souhaite notamment montrer aux organisateurs que la ville est toujours une ville de cycle.  Ce n’est pas un hasard si la première Chambre de Commerce américaine a vu le jour à Paris en 1894, avant même celle de Washington, à une époque où le commerce avec l’Amérique était vu par chacun en France comme une opportunité évidente, à saisir avant que d’autres ne le fasse à notre place.Dans ce contexte d’efforts partagés, on pourrait envisager une augmentation d’un point de la CSG, dont le produit pourrait être réparti entre l’assurance-maladie et les retraites.Mais ils ont mis en évidence également l’existence de réseaux organisés d’envois informels, où de larges communautés se regroupent pour faire passer les fonds au pays par le biais de dons à des associations.La crédibilité et la transparence.Ou deux ingrédients nécessaires au développement d’un climat de confiance.Pour l’activer, il faudra en effet cliquer sur l’image.On pourrait espérer que le programme de la grande coalition vienne favoriser la demande intérieure, réduire l’excédent courant et donner un coup de fouet aux importations en provenance des autres pays de la zone euro.L’ approche du 100e anniversaire du début de la Première Guerre mondiale en 1914 fait réagir les dirigeants politiques et les commentateurs inquiets de la situation politique et économique de la planète.Sans une monnaie forte et stable, la crise aurait été plus durement ressentie, non seulement, à cause des fonds spéculatifs qui auraient attaqué les devises isolées comme en 1992, mais également du fait du surenchérissement des importations.Au fond, que ce soit avec un milliard de plus ou de moins, nous sommes d’ores et déjà parvenus à un seuil où il devient dangereux de repousser à demain des questions essentielles et même existentielles pour notre défense.

Publicités