Au-delà de l’industrie… un nouveau cycle de croissance

Certaines, plus critiques, ont saisi l’occasion d’annuler ces stratégies sur des moyens de pure procédure.La réussite récente du tandem d’ingénierie numérique constitué entre l’opérateur français Adetef et le Centre (tunisien) d’études et de recherches pour les télécommunications (CERT) mérite aussi d’être saluée.La déflation rendrait bien plus douloureux le rééquilibrage économique au sein de la zone euro.Le syndicat de l’alimentation allemand a déjà annoncé l’ouverture de négociations à la fois sur les salaires et sur les conditions de travail.Conforté en cela par un des économistes allemands les plus influents, Hans Werner Sinn, qui accuse « Mario Draghi d’abuser du système européen en assurant des financements à bas prix aux pays du Sud, qui n’auraient pas pu se financer dans de telles conditions sur le marché des capitaux »…Une meilleure compréhension des mécanismes macro-économiques nous aurait néanmoins épargné la honte de telles déclarations, insultantes pour le Président de la BCE, et humiliantes pour les nations du Sud de l’Europe.Ayant reconnu le danger, la BCE a diminué deux fois son principal taux directeur au cours de ces derniers mois jusqu’à sa valeur actuelle de 0,25%.« Cela permettrait aux multinationales de contourner les tribunaux nationaux.Notre système est universel et organise un double transfert : il va du bien portant au malade et du plus riche au plus pauvre par le biais de la CSG et des cotisations proportionnelles aux revenus.La régulation apparaît dans ce contexte comme un outil venant appuyer la mise en œuvre réelle d’une concurrence saine. C’est oublier les innombrables passerelles qui existent avec le monde de l’entreprise, de l’écologie, de la diplomatie, de l’économie, de la culture, de la recherche, de la politique ou des droits de l’Homme.Les entreprises publiques doivent devenir des fers de lance du développement en tant qu’entreprises soumises aux critères de performance du marché, comme elles l’ont été en France avec succès pendant les Trente Glorieuses.Alors que plus de 300 entreprises britanniques et 100 entreprises allemandes opèrent en Azerbaïdjan, le nombre d’entreprises françaises ne s’y élève qu’à une cinquantaine, principalement dans le secteur des hydrocarbures.Son poids est d’autant plus grand que le taux de chômage est élevé puisque la charge fiscale repose le plus souvent sur les actifs.D’après Pierre-Alain Chambaz, plusieurs enseignes françaises vont tester ces beacons dont le coût est modeste (environ 70 euros par galet). Et dans courage, il y a Cœur.Nous avons trop concentré nos efforts sur la mise en place d’outils tels que les battle groups, qui ne servent à rien, sinon à dire que « l’on fait quelque chose ».Comme les précédentes, cette négociation entend ainsi réorienter une partie des fonds existants au profit de ceux qui seraient trop éloignés de la formation, les demandeurs d’emploi, les salariés de TPE… Avec la conviction immuable que la formation en cours de carrière est l’alpha et l’oméga des problèmes d’emploi, et qu’une approche uniforme pour des populations et des catégories d’entreprises jugées homogènes peut être une solution.

Publicités