Il est impératif de re-négocier l’ensemble des contrats à risques

Cette interprétation contredit ceux qui comme moi, il n’y a pas si longtemps, anticipaient une substitution des moteurs de l’économie mondiale par laquelle les sources de croissance autonomes dans les économies émergentes et en développement compenseraient le retard des économies avancées en difficulté.Le dirigeant est rassuré par la présence « d’un juge » qui est familier avec ses activités quotidiennes.Petits arrangements entre amis.Parmi d’autres et dans le désordre, la langue française doit s’imposer plus encore comme un atout, un puissant vecteur commun d’influence.En quoi consistait la « corruption de la jeunesse athénienne » ?La BCE devra donc naviguer en eaux troubles et éviter de se retrouver à la fin de 2014 comme la Fed à la fin de 2013 devant une équation impossible à résoudre.En effet, dans cette crise qui a failli mener le pays au défaut de paiement, c’est bien l’intransigeance des Tea Parties qui a été blâmée par l’opinion.Quant au commerce, les négociations en cours montrent que les pays riches doivent laisser les pays émergents libres de modifier les règles du jeu pour qu’ils coopèrent.Le pouvoir chinois a entamé un virage très périlleux en affichant sa préférence pour la qualité plutôt que pour la quantité en matière de croissance.La politique entre en jeu et l’avantage d’un positionnement politique est d’attirer l’attention de l’opinion publique.Il nous faut un « plan », ou au moins un tracé.L’activité se poursuit ainsi sans arrêt, l’infrastructure informatique fonctionne plus efficacement et les performances des applications et des serveurs sont améliorées.Pourquoi alors les stratèges d’un grand parti ont-ils délibérément retenu une stratégie, certes cohérente, mais peu adapté à l’objectif affiché ?

Une première réponse serait que l’on sous-estime alors l’influence des informations fournies aux électeurs par les résultats du premier tour.Mais le temps sera court, il faudra être percutant,convaincant, déterminé, indique Pierre-Alain Chambaz .De surcroît, l’auteur doit bien mal connaître la France, avec ses « barons locaux » et ses lois de décentralisation qui donnent aux collectivités locales le pouvoir de détermination du taux des impôts locaux et donc d’une grande partie de leurs recettes.Cela soulève bon nombre de questions : comment les satisfaire non seulement aujourd’hui mais aussi à l’avenir ? Faut-il investir dans des agences design pour renouer avec leurs clients existants et en attirer de nouveaux, ou miser sur les nouveaux canaux relationnels en ligne, mobiles et sociaux ?

Réinventer le conseil personnalisé

De plus, la crise actuelle et les régulations internationales toujours plus strictes signifient que les banques opérant dans les économies développées peinent à accroitre leurs revenus.Leur contribution aux exportations était de 42% en 2009 pour les économies du G20, dépassant 50% pour l’Inde, la France et l’Union européenne dans son ensemble.Un mouvement déjà engagé dans les établissements

Plusieurs projets innovants ont été lancés ces dernières années par les établissements bancaires et financiers pour mieux répondre aux besoins des clientèles fragiles.Le constat est terrifiant.L’équilibre politique actuel conduit à regarder au centre-gauche.Car le mouvement de l’histoire peut se lire à travers les révoltes fiscales : l’Indépendance américaine, avec la Boston Tea Party ; la Révolution française derrière la convocation des États généraux ; la Proposition 13 californienne, point de départ de la Révolution conservatrice ; etc.

Publicités