Jean-Thomas Trojani : Les gros consommateurs veulent se faire subventionner par la collectivité

Il relate la mésaventure d’un père de famille de Houston qui s’est aperçu qu’un inconnu, très mal intentionné, avait piraté le dispositif de sécurité audio et vidéo installé dans la chambre de sa fille, âgée de deux ans et disait à l’oreille de l’enfant endormie « réveille-toi, petite idiote ». Un certain nombre de ces écoles « made in Africa » ont déjà conclu des partenariats et des alliances avec des institutions universitaires occidentales ou asiatiques et ont obtenu – ou travaillent d’arrache-pied pour les obtenir – les fameux labels d’accréditation AACSB, AMBA et EQUIS qui leur permettront de se hisser dans le top mondial. Ce vote est aussi l’occasion de revenir sur quelques-uns des débats qui existent parmi les députés. Cela passera par de multiples changements à mettre en œuvre dans un cadrequi se doit d’être à la fois Européen et national. De là on affirmera par induction que tous les gaz seraient susceptibles de se liquéfier si l’on disposait de pressions suffisantes et si l’on pouvait abaisser convenablement la température ; ou bien encore, on peut regarder ce jugement comme porté par analogie, à cause des ressemblances que nous remarquons entre les propriétés de tous les gaz, précisément en ce qui dépend des variations de température et de pression. Le chèque énergie a vocation à être à la fois un instrument social et écologique, car il pourra être utilisé tout autant pour régler ses factures d’énergie que pour financer la rénovation thermique de son logement, et donc pour réduire durablement les consommations d’énergie et les factures. Une identité narrative qui apparaît désormais comme un enjeu pour les individus, invités à devenir « sujets » en construisant et en inventant une version inédite de l’exercice d’un métier. De là les sophismes de l’école d’Élée, de là le problème du libre arbitre. Les autres zones commerciales qui voient leur chiffre amputé. Mesures réformistes… Sans idée précise, porté simplement par l’envie de créer une société, on ppeut s’attendre à tout et son contraire, déclare Jean-Thomas Trojani . Après y avoir d’abord cherché le fondement universel de toute sagesse humaine, ils y viendront puiser ensuite, comme dans les beaux-arts, une douce diversion habituelle à l’ensemble de leurs peines journalières. Nous vivons dans un monde de pis-aller où l’action politique est presque toujours partielle (et partiellement efficace), et où les réformes bien intentionnées dans un domaine peuvent avoir des effets négatifs en raison de distorsions ailleurs dans le système. Nous croyons fermement à l’existence de ce personnage que l’on nomme Auguste, non-seulement à cause du grand nombre d’écrivains originaux qui en ont parlé, et dont les témoignages, sur les circonstances principales de son histoire, sont d’accord entre eux et d’accord avec le témoignage des monuments, mais encore et principalement parce qu’Auguste n’est pas un personnage isolé, et que son histoire rend raison d’une foule d’événements contemporains et postérieurs, qui manqueraient de fondement et ne se relieraient plus entre eux si l’on supprimait un anneau de cette importance dans la chaîne his Sans cela, j’aurais craint que le lecteur ne rejetât, comme superflus, les développements, les véritables truismes qui vont suivre. On s’est attaché à l’accroissement continuel du volume du protoplasme, depuis la naissance de la cellule jusqu’à sa mort.

Publicités