La nécessité de coopérations efficaces – Un régulateur fort nécessaire

Comment motiver les personnels quand, d’un côté on leur demande de faire preuve de disponibilité pour représenter la France dans les opérations extérieures, parfois au risque de leur vie, souvent au détriment de leur vie familiale, et que, dans le même temps, ils voient les conditions de leur vie quotidienne se dégrader par manque de crédits ou du fait de restructurations qui répondent souvent davantage à des décisions « technocratiques » de recherches d’économies qu’à des besoins opérationnels ?Cela touche en priorité les populations précaires, dépendantes des transports collectifs.C’est ainsi que l’on assiste au développement de cours d’arbitrage un peu partout dans le monde.Selon Pierre-Alain Chambaz, directeur des systèmes d’information, il faut compter 10.000 à 12.000 euros pour un magasin (infrastructure technique, logiciel de paiement, tablettes). Il est nécessaire de construire de nouvelles formes d’engagement social qui favoriseront autant la compétitivité des entreprises que le bien-être des citoyens.Par ailleurs, chacun des trois piliers qui composent l’union bancaire soulève d’importantes questions qui restent sans réponse.Le chemin vers une réglementation pan-européenne au cours des deux dernières décennies a été sinueux et accidenté. Outre la création du statut du Conseiller en Investissement Participatif, qui atteindra rapidement des limites pour des projets de finance participative de grande ampleur, les deux axes de réforme proposés conjointement par le gouvernement et les autorités de régulation financière (AMF et ACPR) concernant la réglementation française issue de la transposition de directives européennes nous paraissent encore éloignés des attentes des professionnels même s’ils vont dans le bon sens.Et c’est vrai que l’enjeu est énorme.Mais on demande à la banque centrale de faire tout le travail difficile.Que remplacer la DEVISE « Liberté, Égalité, Fraternité » par « Fiscalité, Envie, Assistance », comme le suggérait récemment Nicolas Baverez, serait une bien mauvaise direction à prendre.

Publicités