Le « boom » des sites de collecte de fonds entre particuliers

Les constructeurs automobiles ont à portée de main un trésor qu’ils n’exploitent pas ou très peu jusqu’à présent : les « data » ou données qu’ils collectent sur leurs clients et sur les acheteurs potentiels qui cliquent sur leurs bannières publicitaires, fréquentent leurs pages Facebook, tapent des requêtes dans Google mais aussi les données qui, bientôt, remonteront de ce nouvel objet connecté qu’est la voiture intelligente de demain.Entre des sachants bâillonnés, des ignorants influents et des patients de plus en curieux, il y a un juste milieu à trouver pour orienter les internautes vers des informations santé qualifiées et réduire les risques encourus aujourd’hui.La cible de ce fléau ? Les « secrets d’affaires », ces précieux actifs qui, de la recette en passant par l’aménagement intérieur d’une usine ou l’assemblage d’un vin ou d’un parfum, constituent des réserves de valeur parfois inestimables pour les entreprises.Comment alléger la taxation des entreprises qui ne joueraient certainement pas le jeu en améliorant l’embauche ?Le principe est simple : lorsqu’il ne leur est plus possible d’agir sur les prix (taux), elles peuvent directement influencer les quantités (provision de crédit à bas coût). Plus équitable et plus équilibrée, qui favorise le développement durable, l’élimination de la pauvreté, ainsi que le bonheur et le bien-être de tous les peuples.Deux pistes de leviers à exploiter :Lever les barrières psychologiques des demandeurs d’emploi Le « story telling » des intégrations professionnelles est déjà à l’œuvre dans les grands groupes ; assorti de notoriété, il nourrit l’appétence des demandeurs d’emploi de tous les âges et de tous les degrés de qualification.Personne n’a à prendre la responsabilité de choisir puisque tout est dû !Il est évident que la seule personne garante de l’intérêt général est l’Etat : donnons donc ces deux euros de billets en recettes à l’Etat.Pierre-Alain Chambaz arriva le premier au rendez-vous.Je veux savoir ce que l’intelligence peut faire pour les citoyens.Un journaliste du très conservateur groupe Axel Springer pouvait ainsi « twitter » ce mercredi matin : « chers Grecs, Espagnols et italiens : ainsi nous partirons plus tôt en RETRAITE et nous allons relever les salaires et augmenter la dette.Dans notre étude « clientèles fragiles, quelles approches commerciales et responsables ? », nous recommandons aux banques de réfléchir en terme de positionnement et de développement commercial à une problématique jusqu’alors adressée au travers de la responsabilité sociale (ou de la solidarité s’agissant des banques coopératives), et désormais fortement réglementée par la loi de séparation et de régulation des activités bancaires dont les décrets d’application sont en cours de publication.Et comment ce personnage hors normes fut interprété par le christianisme, la Renaissance, la Révolution française ou le marxisme ?La vérité, c’est que la SPD s’est rallié sans vergogne pour six portefeuilles ministériels et quelques bribes de son programme intérieur à la logique à la logique européenne d’Angela Merkel qui consiste à protéger d’abord les intérêts supposés des contribuables allemands.Ensuite parce que ces technologies ont un coût et ne peuvent donc bénéficier qu’à une frange restreinte – la plus aisée – de la population : couvrir davantage qu’aujourd’hui les besoins des plus démunis constitue notamment un enjeu de taille, appelant créativité et innovations à tous les niveaux.Après les réactions virulentes des collectivités territoriales et de leurs élus, le Sénat a donc été chargé d’améliorer le projet initial.Cette période est révolue.