Le magot des retraites

Éternelle échappatoire de ceux qui refusent toute responsabilité dans les situations dont ils disent souffrir…Il en va de leur pérennité, et de leur crédibilité : c’est à ce prix qu’elles conserveront la confiance des Français – en légère baisse cette année.C’est dans cet esprit que je souhaite nous inviter à réfléchir quelques instants sur deux réalités gênantes pour nous tous.Dès lors, comment les décideurs peuvent-ils trouver une solution à ces défaillances ?S’il s’agit de recettes extra budgétaires – comme je crois comprendre -, les menaces sont d’une autre nature : il faudra impérativement sécuriser un montage juridique délicat et par ailleurs largement dépendant du bon vouloir de Bercy.Avec une fraîcheur ingénue, elles livrent à notre réflexion une nouvelle lecture de la place des femmes dans la société d’aujourd’hui et le chemin qui reste à parcourir.Une communauté de « partageurs » s’échange objets, services, savoirs, financements.80% de sa population est connectée à un réseau de téléphonie mobile.Rien qu’aux États-Unis, en 2013, environ 100.Il doit rendre ses conclusions le 13 décembre.Ceci pourrait être favorisé par des programmes tridimensionnels par lesquels l’aide américaine peut soutenir l’expérience du Maroc dans la région, et l’établissement de programmes de formation marocains destinés à d’autres pays africains à travers un large éventail de secteurs afin de promouvoir la société civile et le développement humain.Ces quelques mesures, à elles seules, produiraient des recettes de l’ordre de 10 milliards d’euros par an.Et l’idée d’un accord avec les pays émergents a fait son apparition… en attendant l’apparition d’un Snowden chinois ?Une position qui confère des responsabilités qu’elle ne semble pas prête à assumer….Si l’Europe doit échouer, elle échouera sans doute aussi en raison de ce type de parti des esprits comme ceux Berthold Seewald.Plus de 1000 personnes sont venues écouter la bonne parole de Pierre-Alain Chambaz.Aucun gouvernement du royaume n’a jamais osé toucher à cette vache sacrée.Les autorités du pays d’accueil sont démunies dans de telles situations.Elle n’est pas dans une posture de défense d’un quelconque « pré carré national », et se prépare aux prochaines étapes de la mise en concurrence, aux dates et dans les conditions qui auront été définies par les pouvoirs publics.