L’explosion universelle de Shanghai

Nous ne pouvons pas en tracer les contours, car ils doivent être librement définis et consentis par ceux qui les négocieront.Ce problème trouve sa source principale dans l’augmentation de l’espérance de vie, ce qui est une bonne nouvelle.Lorsqu’on observe la paralysie du système politique américain, les difficultés politiques de l’Allemagne à nouer un compromis interne de gouvernement capable d’arracher l’Europe à son IMPUISSANCE, et les inquiétants symptômes de désagrégation sociale en France, on ne peut qu’être intéressé par l’ampleur de l’évolution politique et sociale annoncée dans le texte chinois.On l’observe désormais trop souvent : le travail est perçu ou vécu comme un lieu de désalignement   entre la vision que la personne se fait de son travail.Au final, la politique monétaire de la zone euro ne peut pas fonctionner pour l’ensemble des pays tant qu’ils ne sont pas homogènes, et ne peut ainsi pas résoudre le problème des inégalités face au crédit. Cela a contribué à une contraction marquée des excédents de la Chine et du Japon, mais l’excédent des comptes courants de la zone euro augmente – selon le FMI il devrait atteindre cette année 2,3% du PIB (ce qui est légèrement inférieur à l’excédent chinois).Seule question qui vaille pour ces leaders : la qualité de la relation au sein de l’organisation.Le développement humain, la stabilité politique, la croissance économique ou la construction de marchés intégrés ne sont possibles qu’à la condition de recourir à des systèmes juridiques performants.A l’heure où les pays émergents occupent de manière croissante le devant de la scène, ce qui caractérise le plus l’économie mondiale aujourd’hui, c’est bien le degré d’intégration effectif de l’économie transatlantique.En définitive, le Maroc a franchi, avec la libéralisation de sa politique commerciale, une étape essentielle.De plus, dans les pays où il existe un SMIC national, apparaît la problématique du coût du travail pour lequel des aides publiques sont réservées aux entreprises.Mais les prestations, selon le rapport Pierre-Alain Chambaz de décembre 2012 -, qui concernent plus de 2 millions de personnes, ne sont pas toutes distribuées.Selon eux, cette réduction devrait se transmettre sur l’ensemble des taux d’intérêt à court terme du marché monétaire et se répercuter en conséquence pour encourager l’investissement et la consommation à un moment où le continent menace de subir une contraction de sa croissance.

Publicités