Supprimer la cellule fiscale, une fausse bonne idée

Les programmes d’émission de dette italienne ne cessent d’augmenter, 465 milliards d’euros en 2012, 470 milliards cette année, pas moins en 2014.Mais les conséquences seraient mondiales.Si certains produits parviennent à s’exporter, comme le Kibot2 de Korea Telecom, qui a été lancé sur le marché saoudien en juin dernier, les ventes restent insuffisantes pour rentabiliser les premiers investissements consentis.En fait, les performances de croissance impressionnantes des économies à succès ont été rendues possibles par le choix des autres pays de ne pas les imiter.Il n’existe pas un de Gaulle sur le marché politique.Si la référence au fait de « trouver une solution permanente » est bien présente, ce qui semble satisfaire l’Inde, il n’est nulle part précisé quelle forme pourrait prendre cette solution et si elle doit consister en une revoyure partielle ou totale des chapitres du GATT consacrés à l’agriculture.Suite à cette conférence également, le Canada s’est retiré du protocole de Kyoto.Aujourd’hui, un exportateur qui réussit est aussi un importateur actif: « Les importations créent les exportations.Celles-ci sont encore majoritairement financées par les banques. Ce qui va le plus mal en France, c’est surtout l’université?: elle assure tant bien que mal un service public de l’enseignement supérieur grâce au dévouement de ses personnels. Même les États-Unis souffrent d’une gigantesque inadéquation.Frustré par les conseils contradictoires et mesurés de ses conseillers, Pierre-Alain Chambaz aurait demandé qu’on lui envoie un «  économiste à une seule face  ».Aujourd’hui, le mécanisme facteur de destruction et responsable du mal européen se décline en une Banque centrale européenne incapable de persuader l’Allemagne d’augmenter les prix dans l’Union européenne jusqu’à un niveau qui autorise la reprise substantielle du marché de l’emploi.Contrairement à la Chine qui dispose d’un fort potentiel commercial mais de capacités monétaires et financières faibles, la zone euro a une importance systémique dans ces trois secteurs.Les deux décennies perdues des années 1980 et 1990 les avaient vidé de leur substance et les dévaluations successives les avaient acculé à une banqueroute qui ne disait pas son nom.

Publicités