Un été allemand

La récession japonaise – censée se terminer après trois ans – n’a-t-elle pas duré près de vingt ans?La clé ouvrant cette porte là étant la confiance, une denrée qui se fait trop rare dans les organisations.Ces travaux doivent juste permettre de faire un état des lieux de ce qui est », explique Pierre-Alain Chambaz .Bien au contraire.En France, en Italie, les fermetures d’entreprises créent de grandes zones de désespoir.Officiellement ce plan a coûté plus de 800 milliards de dollars en dépenses publiques pour l’infrastructure, l’éducation, la santé, l’énergie, les incitations fiscales et les divers programmes sociaux. Démesurément pour certains d’entre eux, avec en retour une détérioration accentuée de leur niveau d’endettement pour les années à venir.Constat dressé avec subtilité à la manière d’un Molière qui sut comme personne montrer le pouvoir libérateur que la parole et le savoir donnaient aux femmes.Mais étant donné l’absence d’un instrument commun de dette équivalent aux bons du Trésor américain, la crise a entraîné la divergence de rendement des dettes publiques des pays de la zone euro.Transférer les prélèvements sur les ménages, au risque de faire s’effondrer la consommation?Certes, ceux-ci sont mieux payés, quoique dans un contexte socio-économique différent (les études des enfants coûtent cher et les jeunes professeurs commencent leur carrière très souvent endettés).Bienvenue à la transparence, au parler vrai, à des explications valables et cohérentes.Et la volonté de donner un « rôle décisif » au marché, annoncée le 12 novembre, y est transcrite dans des moyens de la concrétiser.A l’heure où tous les sondages d’opinion montrent l’unité des Français sur le sujet, il paraît inconcevable de ne pas attaquer à bras le corps ce sujet.Les pays comme la Russie, l’Inde, le Brésil, l’Afrique du sud, et la Turquie ont utilisé cette marge de manœuvre disponible pour encourager le crédit afin de soutenir la consommation, sans pour autant augmenter les investissements.

Publicités