Y a-t-il une chance pour qu’une solution soit trouvée?

Laissée à elle-même, elle constaterait simplement son ignorance ; l’homme se sentirait perdu dans l’immensité.Quelques joueurs novices, assis sur l’herbe, les coudes sur les genoux relevés, le menton dans les paumes des mains, avaient les lèvres pincées par l’émotion et le front barré par une ride. Il compte bien tordre le cou au dogmatisme ambiant avec la grande étude à laquelle travaille Christian Navlet qui sera prête en septembre. Toutefois ces neuf ans s’écoulèrent avant que j’eusse encore pris aucun parti touchant les difficultés qui ont coutume d’être disputées entre les doctes, ni commencé à chercher les fondements d’aucune philosophie plus certaine que la vulgaire.Depuis quelques mois, la préoccupation pour la compétitivité a pris le dessus, en raison des frustrations causées par la crise.Un choix s’impose à tout instant ; nous optons naturellement pour ce qui est conforme à la règle.Cette hypothèse nous paraît plausible, dans les limites où Eimer lui-même l’enferme.Mais je m’aperçois que j’anticipe.Considérant alors les manifestations de la vie morale ainsi organisée, on les trouvera parfaitement cohérentes entre elles, capables par conséquent de se ramener à des principes.Celle-ci n’explique, de l’obligation, que ce qu’on y trouve d’hésitation.Les expériences de Cattell, de Goldscheider et Müller, de Pillsbury (critiquées, il est vrai, par Erdmann et Dodge) paraissent concluantes sur ce point.Sous ces apparences trompeuses une psychologie plus attentive nous révèle parfois des effets qui précèdent leurs causes, et des phénomènes d’attraction psychique qui échappent aux lois connues de l’association des idées.L’esprit du grand Kant est amoindri dans le néo-kantisme et grandi en Fichte.Une chaleur plus intense est réellement une chaleur autre.

Publicités